Dossiers > Kateřina Fialková – La présidence tchèque du Conseil de l’UE

Détails de l'article:

  • 28th September 2022 - 14:14 UTC
Questions à...

Kateřina Fialková – La présidence tchèque du Conseil de l’UE

1. La République tchèque assure la présidence du Conseil de l’Union européenne (UE) du 1er juillet au 31 décembre 2022. Quelles sont les priorités de cette présidence ?

Lors de l’élaboration de notre programme, notre attention était portée sur la relance post-pandémie. Mais avec l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février 2022, la sécurité et les valeurs ont pris une place capitale. C’est pourquoi la devise de la présidence s’est inspirée du discours de Václav Havel « L’Europe comme mission » à Aix-la-Chapelle en 1996. Nos cinq priorités sont les suivantes : la gestion de la crise migratoire et la reconstruction de l’Ukraine, la sécurité énergétique, la défense européenne, la résilience de l’économie et le renforcement des institutions démocratiques.

2. La guerre en Ukraine devrait fortement marquer la présidence tchèque. Quel rôle la République tchèque peut-elle jouer dans ce contexte ?

La guerre a et aura un impact absolument fondamental sur le déroulement de la présidence tchèque. Son influence sur l’exercice de la présidence en tant que tel a toutefois ses limites. La présidence peut certes déterminer dans une large mesure l’ordre du jour à débattre, mais elle joue surtout le rôle de médiateur. La présidence tchèque entend donc être une bonne animatrice, juste et efficace, du débat européen sur la guerre et ses conséquences

3. C’est seulement la deuxième fois que la République tchèque préside le Conseil de l’Union européenne. Qu’est-ce qui a changé par rapport à la dernière présidence en 2009 ?

L’UE, le monde et la République tchèque ont changé. En outre, notre précédente présidence fut la dernière avant l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne. Elle a donc été plus active et plus visible à l’étranger. Le monde semblait également plus accueillant en 2009. Certes, l’on se remettait à peine de la crise économique, mais il n’y avait pas de guerre à la frontière de l’UE. Depuis, la République tchèque, 18 ans après son adhésion à l’UE, est devenue un Etat membre expérimenté, respecté et prospère

4. A quels défis la République tchèque est-elle confrontée durant sa présidence du Conseil ?

Le plus grand défi est la guerre en Ukraine et ses conséquences, dont le flux de réfugiés – le plus grand depuis la Seconde Guerre mondiale – et la reconstruction du pays. Nous sommes également confrontés à une inflation élevée, à une augmentation constante du coût de la vie et des prix de l’énergie. Dans certains pays de l’UE, le chômage risque de croître et, dans d’autres, le PIB pourrait même diminuer. Les défis actuels comprennent donc toujours ceux que la présidence tchèque avait initialement l’intention d’aborder

5. Début octobre, un sommet informel aura lieu à Prague dans le cadre du projet de « Communauté politique européenne ». La Suisse y est invitée. Que peut-on en attendre ?

Qu’un tel sommet ait lieu est primordial. Après l’invasion de l’Ukraine, il est extrêmement important que les pays partageant les mêmes idées se réunissent pour défendre les valeurs démocratiques. Nos sociétés sont constamment attaquées par celles et ceux qui condamnent notre mode de vie. La République tchèque se réjouit donc que la Suisse y soit également représentée. Le sommet étant un événement informel, aucun résultat officiel n’est attendu.

28.09.2022

Kateřina Fialková, Ambassadrice de Tchéquie en Suisse

Sans commentaires

Votre email ne sera pas publié
Annuler la réponse