Dossiers > Anna Echterhoff – La Conférence sur l’avenir de l’Europe

Détails de l'article:

  • 24th November 2021 - 13:59 UTC
Questions à...

Anna Echterhoff – La Conférence sur l’avenir de l’Europe

  1. Qu’est-ce que la Conférence sur l’avenir de l’Europe et à qui s’adresse-t-elle?

La Conférence sur l’avenir de l’Europe est une occasion unique et opportune pour les citoyen·nes européen·nes de débattre des défis et des priorités de l’Europe. Peu importe d’où vous venez ou ce que vous faites, c’est le lieu pour réfléchir à l’avenir que vous souhaitez pour l’Union européenne. Le Parlement européen, le Conseil et la Commission européenne se sont engagés à écouter les Européen·nes et à donner suite, dans leur domaine de compétences, aux recommandations formulées. D’ici le printemps 2022, la Conférence devrait parvenir à des conclusions et fournir des orientations sur l’avenir de l’Europe. Les citoyennes et citoyens européen·nes, de tous les horizons et de tous les coins de l’Union, mais aussi les jeunes, peuvent contribuer à façonner l’avenir du projet européen avec leurs propres idées ou en organisant des évènements.

2. Qui siège dans l’assemblée plénière de la conférence? Y a-t-il une autre possibilité de participer?

La plénière de la conférence est composée de représentant·es du Parlement européen, du Conseil et de la Commission européenne, ainsi que de représentant·es des parlements nationaux, du Comité des régions, du Comité économique et social européen, des Forums civils nationaux et européens, des partenaires sociaux, du Forum européen de la jeunesse et de la société civile. Le Mouvement européen international est représenté par trois délégués, dont l’UEF, en séance plénière. Des citoyennes et citoyens de l’UE y participent aussi et discutent des idées recueillies dans les panels de citoyen·nes et la plateforme numérique multilingue. Josep Borrel, le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, est présent lorsque le rôle international de l’UE est discuté.

Les citoyen·nes de l’UE peuvent également participer par le biais de la plateforme numérique multilingue, mais aussi à travers les divers événements organisés un peu partout en Europe et à l’aide des panels de citoyen·nes européen·nes. L’UEF a activement encouragé ses sections à participer à la plateforme numérique multilingue afin de soutenir les idées mises en ligne par le Secrétariat de l’UEF et de participer, voire d’organiser, des événements dans le cadre de la conférence.

3. Comment avez-vous vécu jusqu’à présent le débat en plénière?

La Conférence est un moment historique où, pour la première fois, les citoyen·nes délibèrent au même titre que leurs représentant·es élu·es à tous les niveaux. En plaçant les citoyennes et citoyens au cœur de l’élaboration des politiques européennes, nous renforcerons nos démocraties représentatives, alors que nous mettons le cap sur notre avenir commun. L’enthousiasme des panels de citoyen·nes est grand, les attentes sont élevées, la formule fonctionne. La plénière doit maintenant trouver des réponses aux questions soulevées, sous la forme d’une vision partagée de l’avenir de l’Europe et de résultats concrets sur la manière de réformer l’Union européenne.

Cependant entre-temps, des critiques se font entendre. Certain·e s participant·es à la session plénière se sont plaints du manque de concrétisation des certains groupes de travail et du manque de communication des tâches à l’avance. La session plénière elle-même a été critiquée en raison du temps de parole des citoyen·nes plus court que celui des femmes et des hommes politiques ainsi que du caractère parfois trop général des nombreux discours. Je suis toutefois très confiante dans le fait que des réponses à ces critiques pourront rapidement être apportées. Avec la Conférence sur l’avenir de l’Europe, il faut garder à l’esprit que, malgré les critiques, nous entrons en territoire inconnu. Il est clair que les processus ne sont pas encore bien rodés. C’est seulement maintenant, avec la tenue de la Conférence, que l’on acquiert de l’expérience. Nous portons tous ensemble la responsabilité particulière de la réussite de la Conférence et chacun·e doit y apporter sa contribution.

4. Pensez-vous que cette Conférence soit un bon moyen de réformer durablement l’UE et de la rendre plus démocratique et plus unie?

Le rôle central des citoyennes et citoyens va devenir encore plus évident lors des prochaines plénières, lorsqu’ils présenteront leurs recommandations et propositions et que d’autres pourront y réagir directement. La nouveauté la plus importante de la Conférence est la participation active des européen·nes dans les processus décisionnels, et le fait que ce mécanisme pourrait devenir permanent, comme une démonstration du fait que la démocratie participative et la démocratie représentative peuvent fonctionner ensemble.

5. Qu’est-ce qui est encore prévu dans le cadre de la Conférence?

Les deux prochaines sessions plénières auront lieu les 17 et 18 décembre et les 21 et 22 janvier. Elles porteront sur les recommandations des quatre panels de citoyen·nes européen·nes. En vue des premières critiques, ces séances seront organisées différemment, avec plus de temps pour que les représentant·es des panels présentent leurs conclusions et un débat supplémentaire avec d’autres membres de la plénière sur les sujets concrets. Entre-temps, les contributions des citoyen·nes à la conférence continueront d’être intégrées par le biais des forums et de la plateforme numérique. Le résultat de la conférence sera présenté dans un rapport à la coprésidence de la conférence. Les trois institutions examineront au plus vite comment donner un suivi efficace à ce rapport, dans le cadre de leurs compétences respectives et conformément aux traités de l’UE.

En tant qu’UEF, nous continuons à accompagner la conférence à travers notre projet « #makeEuropeBloom : the Time is Now ! » Dans ce projet, nous discutons de l’avenir de l’Europe non pas avec des mots, mais à travers l’art. En outre, nous avons également publié notre appel « Notre Europe fédérale – souveraine et démocratique » sur la plateforme numérique. Plus de 500 personnalités l’ont déjà signé et tout le monde peut encore y contribuer et signer via notre site web.

25.11.2021
Anna Echterhoff, secrétaire générale de l’Union des fédéralistes européens (UEF) et juriste

Sans commentaires

Votre email ne sera pas publié
Annuler la réponse