Dossiers > Le coronavirus fait tomber les masques – Michel Roy

Détails de l'article:

  • 13th July 2020 - 13:01 UTC
Blog

Le coronavirus fait tomber les masques – Michel Roy

La crise que nous traversons est un révélateur de ce que nous sommes réellement. Solidaires, généreuses et généreux, dévoué⸱es, attentionné⸱es mais aussi méfiant⸱es, méprisant⸱es, égoïstes, chauvin⸱es, racistes. Chacun⸱e d’entre nous dans son environnement immédiat aura pu faire son propre classement.

Au niveau politique, on aura pu faire le tri entre les dirigeant⸱es pour lesquel⸱les la santé de leur peuple était prioritaire et celles et ceux pour lesquel⸱les leurs intérêts personnels et claniques passaient devant toute autre considération.

L’Europe – quoi qu’en disent les dénigreurs habituels de l’UE – est un modèle d’accompagnement social dans cette période de crise qui n’a aucun équivalent sur les autres continents. Il faudra ainsi se rappeler des autocrates donneurs de leçons et déstabilisateurs que sont les présidents chinois et russes : le premier pour avoir menti au monde sur la gravité du virus et foulant aux pieds l’autonomie de Hong-Kong. Le second pour mettre toutes les ressources de son pays dans des actions guerrières et déstabilisatrices plutôt que dans la mise à niveau de ses infrastructures et notamment de son système sanitaire en ruines.

Mais la palme revient sans aucun doute au trio national-populiste Trump-Johnson-Bolsonaro : les « défenseurs du peuple » contre les élites ! Le premier ne respecte plus aucun engagement international et fait mourir les minorités afro- et hispano-américaines pour défendre son électorat blanc majoritairement raciste. Le second, encore tout affaibli par le virus qu’il a contribué à faire circuler par son laxisme, découvre la réalité du Brexit : impossible désormais de faire porter à l’UE les nombreux couacs de ses ministres et les carences du royaume. Quant au dernier nommé, il envoie à la mort tous les brésilien⸱nes vulnérables en refusant de prendre les mesures sanitaires nécessaires pour ne pas menacer les intérêts de son clan.

Voilà le vrai visage du monde qui entoure le continent européen. Comme Suisse, je m’en souviendrai en septembre prochain lorsque les « défenseurs du peuple » nous expliqueront qu’il faut voter contre la libre circulation des personnes en se moquant idiotement du risque de casser nos relations avec le continent. Sans les écouter, je voterai NON à leur initiative car cette obsession maladive à présenter les Etats européens comme nos ennemis n’a plus sa place dans le monde d’après.

Michel Roy, membre du Nomes, juin 2020

Sans commentaires

Votre email ne sera pas publié
Annuler la réponse