Communiqué de presse

29.08.2020 – Nous ne voulons pas d’un Swissxit – la Suisse est européenne!

Alors que le scrutin capital du 27 septembre se rapproche, le Comité du Nouveau mouvement européen Suisse (Nomes) réaffirme son opposition à la dangereuse initiative de résiliation qui plongerait la Suisse dans une crise majeure avec l’Union européenne.

A l’occasion de sa retraite politique annuelle marquant la rentrée de septembre, le Comité du Nouveau mouvement européen Suisse (Nomes) s’inquiète de la timide campagne en cours contre l’initiative de résiliation soumise au vote le 27 septembre. Les enjeux sont énormes: non seulement, ce texte mettrait fin aux accords bilatéraux et plongerait la Suisse dans une crise majeure avec l’Union européenne, mais il détruirait au passage des pans entiers de l’activité économique et sociale du pays.

470’000 Suissesses et Suisses vivent dans l’Union européenne; chaque année, 16% des mariages sont mixtes Suisse/UE; 860’000 emplois dépendent des exportations vers l’Union européenne; 3,21 milliards de francs de fonds européens ont été alloués à la recherche suisse; 90’000 jeunes Suissesses et Suisses ont profité du programme Erasmus (jusqu’en 2014); des succès suisses comme le Gothard et l’horlogerie n’ont été possible que grâce au soutien d’Européen·nes.

Alors que la crise du coronavirus a montré combien les coopérations entre Etats sur notre continent sont vitales, la Suisse du 21e siècle est inconcevable en dehors de l’Europe et sans la libre circulation des personnes. Principe de base de la construction européenne, la libre circulation des personnes constitue une valeur humaniste et une liberté individuelle qui doivent être protégées.

Le Nomes s’engage résolument pour une Suisse ouverte et européenne et contre l’initiative de résiliation. Il continuera à faire tout son possible afin de faire échouer cette démarche insensée. Quelque 20’000 voix ont fait pencher la balance le 6 décembre 1992 tout comme le 9 février 2014. La mobilisation des opposant∙es est donc essentielle – nous y contribuons.