À propos > Histoire

1934-1998: avant le Nomes

Le 24 juin 1934, au Kino Capitol de Bâle, vit naître l’Union européenne, Mouvement suisse pour une fédération de l’Europe, l’organisation qui est à l’origine de l’actuel Nouveau mouvement européen Suisse (Nomes). Ses fondateurs proposaient la vision de créer des «Etats-Unis d’Europe». Ils préconisaient une fédération européenne basée sur des principes démocratiques, appelée à se dresser contre le péril du national-socialisme.

Leur vision a en quelque sorte inspiré l’idée de l’intégration européenne telle qu’elle s’est réalisée avec la création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (1951), la coopération étendue au sein de la Communauté économique européenne (1968) et l’étape suivante, la création de l’actuelle Union européenne (UE). L’idée d’une protection paneuropéenne des droits de l’homme s’est concrétisée par la création en 1950 par le Conseil de l’Europe de la Convention européenne des droits de l’homme. En ce sens, les fondateurs du mouvement ont fait œuvre de pionniers tout en créant la première organisation du continent prônant le fédéralisme européen.

Au même moment où, en septembre 1946 à Zurich, Winston Churchill, premier ministre britannique pendant la guerre, proposait dans son discours aux Européens de créer les Etats-Unis d’Europe, l’Union européenne de Suisse organisait à Hertenstein, au bord du lac des Quatre-Cantons, une conférence réunissant des fédéralistes d’un petit nombre de pays européens issus de la résistance. La Conférence de Hertenstein ouvrait la voie à la constitution de l’«Union européenne des fédéralistes» (UEF), organisation non gouvernementale qui aujourd’hui encore milite pour l’idéal fédéraliste au sein de l’UE.

Alors qu’au plan des idées, l’Union européenne de Suisse avait une part importante dans la construction européenne, l’attitude des Suisses était plutôt hostile au processus d’intégration européen. Son plaidoyer pour une participation active de la Suisse se heurtait à la rhétorique isolationniste de l’après-guerre, au point que le Conseil fédéral n’hésitait pas à faire surveiller par moments certains de ses représentants par des agents de la Police fédérale.

L’héritage des fondateurs, la vision d’une fédération européenne comptant la Suisse en son sein, est assumé de nos jours par le Nouveau mouvement européen Suisse (Nomes), organisation issue de la fusion en 1998 de plusieurs groupements proeuropéens.

 

 

 

Sans commentaires

Votre email ne sera pas publié
Annuler la réponse