Dossiers > Henry Evans: le Brexit et la Suisse

Détails de l'article:

  • 27th June 2019 - 13:27 GMT
Questions à...

Henry Evans: le Brexit et la Suisse

1. Où en sommes-nous actuellement avec le Brexit ?

Le Royaume-Uni devrait quitter l’Union européenne (UE) le 31 octobre 2019. La sortie de l’UE pourrait être avancée si le Parlement britannique venait à approuver d’ici-là un accord de retrait de l’UE. Elle pourrait également être reportée si le Conseil européen décidait de prolonger ce délai. En tant qu’État membre de l’UE, le Royaume-Uni conserve tous ses droits et obligations pendant cette période. De plus, le Parti conservateur est en train d’élire un.e nouveau/nouvelle chef.fe de parti qui deviendra Première ou Premier ministre.

2. Des organisations telles que People’s Vote font pression pour un second référendum. Dans quelle mesure ce scénario est-il réaliste ? A quel résultat conduirait-il ?

Le nouveau Premier ou la nouvelle Première ministre discutera du Brexit avec les dirigeants européens le mois prochain après sa nomination. Si le Royaume-Uni quitte l’UE avec un accord, il y aura une période de transition jusqu’au 31 décembre 2020. Au cours de cette période, le Royaume-Uni négociera son futur partenariat économique avec l’UE. S’il n’y a pas d’accord, le retrait aura lieu comme convenu en octobre (scénario du « no deal »). Le gouvernement britannique a passé près de trois ans à minimiser tout effet négatif de ce cas de figure.

3. Les négociations entre la Suisse et le Royaume-Uni ont commencé peu après le vote sur le report de la date du Brexit. De quoi s’agissait-il ?

Les accords bilatéraux entre l’UE et la Suisse constituent la base principale des relations économiques du Royaume-Uni avec la Suisse. Ceux-ci ne s’appliqueront plus une fois que le pays aura quitté l’UE. L’objectif principal de ces négociations était donc d’assurer la continuité des relations entre le Royaume-Uni et la Suisse après le retrait de notre pays de l’UE, ce qui est dans notre intérêt mutuel.

4. Quelle a été la procédure ?

Le Département britannique en charge de la sortie de l’UE a travaillé avec la Direction des affaires européennes pour coordonner les discussions, qui ont ensuite été menées par des expert.es techniques des départements respectifs. Les accords couvrent les aspects suivants :

  • Accord commercial, les échanges commerciaux équivalant à plus de 32 milliards de livres par an ;
  • Accord sur les droits des citoyen.nes, qui protège nos citoyen.nes dans les deux pays ;
  • Accord sur le transport aérien, qui règle la question de l’importante liaison aérienne entre le Royaume-Uni et la Suisse, utilisée par plus de 6,8 millions de passagers en 2017 ;
  • Accords de transport routier pour permettre la poursuite du transport de marchandises et de passagers ;
  • des accords d’assurance qui protègent les investissements suisses dans le secteur des services financiers au Royaume-Uni ;
  • un accord transitoire sur la migration, permettant aux ressortissants des deux pays d’accéder aux marchés du travail britannique et suisse après le Brexit.

5. Comment expliquez-vous le succès de ces négociations, qui se sont toutes conclues très rapidement ?

La Grande-Bretagne et la Suisse entretiennent des relations de longue date et sont étroitement liées, avec quelque 40’000 citoyen.nes britanniques vivant en Suisse et 2’600 frontaliers britanniques. La mobilité des personnes et des entreprises est également importante, avec plus de 150 vols quotidiens entre nos pays.

Les deux parties ont adopté une approche pragmatique et coopérative, et nous avons tous deux commencé avec le même objectif : maintenir la relation telle qu’elle est aujourd’hui. Les six accords de continuité mentionnés y contribuent.

6. La Grande-Bretagne a-t-elle conclu d’autres accords de ce type avec d’autres pays ? Si oui, avec quels pays ?

Le Royaume-Uni a tenté de conclure des accords de continuité similaires avec d’autres pays, principalement dans le domaine du commerce. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site du gouvernement britannique (www.gov.uk). Le large éventail des accords de continuité conclus avec la Suisse reflète l’ampleur et la profondeur des relations entre nos deux pays, que tous deux tiennent à maintenir.

27.06.2019

Henry Evans, Head of policy à l’Ambassade du Royaume-Uni à Berne

Sans commentaires

Votre email ne sera pas publié
Annuler la réponse