Dossiers > L’Europe de la souveraineté du Président Macron – Dusan Sidjanski

Détails de l'article:

  • 27th March 2018 - 13:52 GMT
Blog

L’Europe de la souveraineté du Président Macron – Dusan Sidjanski

Dans son dernier article paru en février 2018 dans la « Revue de l’Union européenne » (numéro 615), Dusan Sidjanski, professeur en études européennes à l’Université de Genève, revient sur la proposition du président français Emmanuel Macron d’une « Europe de la souveraineté » pour faire face aux défis qui attendent l’UE.

Le constat du Sidjanski est clair, il faut donner plus de pouvoir, c’est-à-dire de compétences régaliennes comme la défense ou l’autorité monétaire, au niveau européen pour répondre aux défis actuels qui menacent la stabilité de l’Union. Mais, plus généralement, il s’agit également de faire face à la crise existentielle qui la mine depuis plusieurs années.  Pour cela, il faut utiliser le mécanisme prévu dans le Traité de Lisbonne de 2007 : la coopération renforcée. Cet outil permet à un nombre d’Etats définis d’organiser une intégration et/ou une coopération accrue dans un domaine spécifique et cela sans la participation des autres.

Sidjanski remarque trois grands défis. Le premier est la gestion de la zone euro. En effet, tout le monde s’accorde sur les problèmes mais pas sur quel remède utiliser. Et cette inaction a des conséquences qui peuvent se révéler nuisible pour l’UE. Le deuxième est la menace venant de l’intérieur avec l’émergence de partis démagogues. Le manque de vision et de solidarité européenne fait le lit des partis contestataires qui surfent sur le mécontentement des citoyens européens avec des réponses toutes faites et irréalisables. Le troisième défi consiste à stopper l’engrenage des différentes crises. Le manque de vision dans sa globalité fait que si l’on s’attaque à un pan, cela crée des problèmes dans les autres secteurs.

A la question de comment faire face à ses problèmes, Sidjanski explique qu’il est urgent de passer par une refondation générale en utilisant le mécanisme de la coopération renforcée. Pour se saisir des problèmes de la zone euro, il faut se rappeler d’une des premières leçons économiques : « l’histoire ne connaît pas de monnaie unique sans pouvoir souverain. » C’est pourquoi il est urgent de mettre en place un noyau dynamique fédérateur capable de mettre sur pied des politiques qui relanceront le projet européen. Ainsi Sidjanski suggère la mise en place d’un exécutif, d’un Parlement et d’un Conseil européen de la zone euro.

Il est « […] temps de porter remède à la maladie infantile de l’Union qui depuis l’échec de la CED [Communauté européenne de défense] n’a pas su se doter d’un projet politique. » Avec cette nouvelle dynamique, l’UE pourra alors reprendre son rôle d’exemple de démocratie dans le monde. Puis à moyen terme, il s’agira de se réapproprier la boussole des valeurs et garantir la protection de celles-ci, ce qui a fait le succès de l’Union jusqu’à présent.

Retrouvez l’intégralité de l’article du Prof. Sidjanski ici.

Sans commentaires

Votre email ne sera pas publié
Annuler la réponse